Médicaments et alimentation

Source : Eureka Santé

L’alimentation peut avoir de multiples effets sur l’action des médicaments. À l’inverse, certains médicaments peuvent, quant à eux, diminuer l’absorption de nutriments. Afin d’éviter ces conséquences indésirables, il faut adapter son traitement et son alimentation. Avant tout, il convient de lire attentivement la notice de tous les médicaments.

Les effets des aliments sur les médicaments :

Les aliments peuvent avoir de nombreux effets sur les médicaments.

Des effets sur l’absorption des médidaments :

La prise de nourriture influence l’absorption de nombreux médicaments. Elle peut la diminuer, l’augmenter ou la retarder. Plusieurs mécanismes d’action sont en jeu.

  • La modification de l’acidité de l’estomac joue un rôle important dans l’absorption des médicaments. Après un repas, cette acidité augmente. Certains médicaments sont alors moins bien absorbés.
  • Selon les cas, la consommation d’un repas riche en graisses peut soit gêner l’absorption de médicaments par le tube digestif, soit au contraire en améliorer l’absorption sans en augmenter la toxicité (médicaments antiviraux, notamment).

Une meilleure tolérance aux traitements médicamenteux :

Dans le cas de l’aspirine et des anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène, paracétamol, etc.), la prise à jeun assure un effet plus rapide, mais la prise au cours du repas limite la survenue de troubles digestifs tels que nausées, brûlures d’estomac ou diarrhée.

Des actions opposées entre médicaments et aliments :

Nutriments et médicaments ont parfois des effets opposés : les patients traités par des anticoagulants de la famille des antivitamines K savent combien il est important de connaître leur régime alimentaire, pour empêcher qu’il ne diminue l’effet de leur traitement. Ils doivent éviter les apports significatifs d’aliments réputés riches en vitamine K, comme les abats, l’avocat, les brocolis, les carottes, la choucroute, les choux, choux-fleurs et choux de Bruxelles, les épinards, le fenouil, le foie, la laitue ou les tomates. Ces aliments diminuent l’effet de l’anticoagulant dont le mécanisme d’action repose sur la neutralisation de la vitamine K.

La consommation de sel doit également être surveillée lors de certains traitements sur une longue période, par antihypertenseurs ou corticostéroïdes, par exemple.

Des effets indésirables augmentés par les aliments :

Des aliments à éviter

Parfois, les aliments peuvent augmenter la concentration des médicaments dans le sang et, de ce fait, favoriser leurs effets indésirables. Le jus de pamplemousse agit sur le métabolisme du foie et diminue l’élimination de certains médicaments (antiprotéases, médicaments contre le cholestérol de la famille des statines, médicaments immunosuppresseurs, antiépileptiques, par exemple). Sa consommation doit être évitée pour limiter le risque d’effets toxiques de ces médicaments.

Un régime alimentaire imposé

Dans des cas rares, la prise d’un médicament impose un régime particulier. Le Marsilid (iproniazide), un antidépresseur rarement prescrit de nos jours, ne doit pas être associé avec certains aliments : tous les fromages, tous les aliments vieillis et faisandés, le foie et les abats (rognons, ris), les fruits et légumes gâtés, les aliments et boissons fermentés (extraits de levure, bière) ou les boissons alcoolisées. La consommation de ces aliments augmente le risque de poussée d’hypertension artérielle, effet indésirable possible de ce traitement. D’autres aliments tels que le chocolat, le café, les colas, les fruits secs ou la choucroute doivent être consommés avec modération.

Pansements digestifs et nutrition :

Les pansements digestifs, utilisés en cas d’aigreurs ou de douleurs d’estomac, diminuent l’absorption de nombreux micronutriments comme les vitamines, les minéraux et les oligoéléments.

Antibiotiques de la famille des cyclines et nutrition :

Les antibiotiques de la famille des cyclines se fixent au calcium et diminuent son absorption digestive.

Autres antibiotiques et nutrition :

Certaines substances antibiotiques (notamment la ciprofloxacine, l’énoxacine et la norfloxacine) peuvent augmenter ou prolonger les effets de la caféine, en augmentant sa concentration dans le sang. L’absorption de quantités importantes de café ou de thé doit être évitée pendant le traitement. Les antibiotiques peuvent également être à l’origine de vomissements et de diarrhée. Si ces troubles sont importants, ils risquent de provoquer une déshydratation ou des pertes importantes de sels minéraux et d’oligoéléments.

Laxatifs et nutrition :

L’utilisation prolongée de laxatifs lubrifiants comme l’huile de paraffine par exemple, ou celle de certains médicaments contre le cholestérol ou l’obésité peut réduire l’absorption des vitamines A, D, E et K.

L’usage régulier de laxatifs stimulants peut être responsable d’une perte de sels minéraux par l’organisme, notamment de potassium.

Diurétiques et nutrition :

Certaines substances diurétiques comme le furosémide entraînent une perte de potassium. Elles justifient l’adoption d’une alimentation riche en potassium ou une prescription complémentaire de potassium. Au contraire, d’autres substances diurétiques comme l’amiloride ou la spironolactone, ainsi que les inhibiteurs de l’enzyme de conversion (des médicaments contre l’hypertension artérielle) empêchent la fuite du calcium dans les urines. Ils demandent une surveillance de l’apport alimentaire de potassium pour prévenir les excès.

Les effets de l’alcool sur les médicaments :

L’alcool peut entraîner des réactions avec les médicaments : par exemple accentuer fortement certains effets indésirables, comme la somnolence dans le cas des médicaments sédatifs. Il peut également provoquer des bouffées de chaleur ou des vomissements lorsqu’il est associé avec certains antibiotiques ou certains traitements du diabète de type 2. Dans le cas d’une maladie chronique, il peut également déséquilibrer un traitement jusque-là efficace et bien toléré. Par exemple, l’effet d’un traitement anticoagulant pris par voie orale peut être augmenté en cas d’intoxication alcoolique aiguë (une « cuite ») ou diminué en cas d’alcoolisme chronique. Lorsque l’on prend des médicaments, il est toujours préférable de s’abstenir de consommer des boissons alcoolisées.

A propos cosmeticshomemadecolchique

Passionnée des cosmétiques et des savons faits maison.
Cet article a été publié dans Focus. Ajoutez ce permalien à vos favoris.