L’acide stéarique (coémulsifiant)

J’aime beaucoup rajouter un coémulsifiant dans mes cosmétiques, surtout pour les raisons suivantes :



– le léger film mat laissé sur ma peau, qui dure toute la journée et qui me protège de la déshydratation, car je vis dans une région où le taux d’hygrométrie est trop bas ;


– l’onctuosité et la stabilité qu’il apporte aux cosmétiques.



J’aime également ajouter de l’acide stéarique dans mes savons, car j’ai l’impression de me laver avec une crème lavante solide.




Sources : wikipédia, bougies.info, Worldlingo, Le Flacon, Eufic.




agent émulsifiant, stabilisateur d’émulsion, agent de restauration lipidique, agent nettoyant



L’acide stéarique (du grec « stear », qui signifie graisse) ou acide octadécanoïque (nom IUPAC) est un acide gras à chaîne longue, qu’on symbolise par les nombres 18:0 pour indiquer qu’il a 18 atomes de carbone et aucune liaison covalente double : c’est un acide gras saturé. A température ambiante, il forme un solide blanc. Sa température de fusion est d’environ 70 °C. L’acide stéarique est abondant dans toutes les graisses animales sous la forme de l’ester tristéarate de glycérine (stéarine) C57H110O6 (surtout chez les ruminants) ou végétales. Il sert industriellement à faire des huiles, des bougies et des savons.


Au 19ème siècle, un chimiste nommé Michel Eugène Chevreul, découvrit que le suif animal (alors utilisé pour la fabrication des bougies) n’était pas une substance unique mais un composé de deux acides gras, l’acide stéarique et l’acide oléique, combinés à de la glycérine pour former une substance neutre non-inflammable.



En éliminant la glycérine du composé de suif, Michel Eugène Chevreul inventa une nouvelle substance appelée la Stéarine.



Mais des recherches plus récentes ont permis de découvrir un substitut végétal à cette stéarine jusque-là toujours d’origine animale. Cet équivalent végétal (préféré de plus en plus à la version animale) est principalement extrait de l’huile de noix de coco (ou huile de palme).



Pour information :


– le beurre de cacao est composé de 35% d’acide stéarique,.

– le beurre de karité est composé de 20 à 50 % d’acide stéarique.



L’acide stéarique est préparé en traitant la graisse animale avec de l’eau, à une pression et à une température menant à l’hydrolyse de triglycérides. Il peut également être obtenu à partir de l’hydrogénation de certains insaturés huiles végétales. L’acide stéarique commun est réellement un mélange d’acide stéarique et d’acide palmitique, bien que l’acide stéarique purifié soit disponible séparément.



L’acide stéarique est utile comme ingrédient dans la fabrication des bougies, savons, et produits de beauté. L’acide stéarique est employé pour durcir des savons.



Les Esters de l’acide stéarique avec l’éthylène-glycol, le stéarate de glycol et le distéarate de glycol, sont employés pour produire un effet nacré en shampooings, savons et d’autres produits cosmétiques.



L’Acide Stéarique est souvent utilisé dans les mousses à raser car il rend la mousse longue à sécher. (Personnellement je trouve cette information très intéressante, car j’associe long à sécher avec meilleure hydratation).



L’acide stéarique n’augmente pas le taux de cholestérol sanguin de la même manière que les acides myristique, laurique et palmitique, car il est transformé rapidement en sa forme mono-insaturée (acide oléique) dans le foie.



L’acide stéarique est employé avec simplement du sucre ou du sirop de maïs comme durcisseur dans les sucreries.

A propos cosmeticshomemadecolchique

Passionnée des cosmétiques et des savons faits maison.
Cet article a été publié dans Ingrédients. Ajoutez ce permalien à vos favoris.