L’alimentation et notre cerveau

Sources : Wise Choice Educational Services (article de Suzanne Day Neuropsychologue, membre de l’Ordre des psychologues du Québec), diététique, wikipédia, RetourVital.

Le cerveau, un des organes les plus vitaux du corps, reçoit son alimentation directement du système sanguin.

Un déséquilibre des nutriments, particulièrement au travers de la « junk food », du casse-croûte et du « fast-food », aura un effet négatif aggravant ou intensifiant les problèmes d’apprentissage et de comportement.

Le fonctionnement efficace du cerveau exige au moins les acides aminés essentiels, les acides gras essentiels, les monosaccharides essentiels (glyconutriments), les vitamines, les minéraux et l’eau.

Acides aminés essentiels

Les protéines fournissent les acides aminés nécessaires pour construire des cellules nerveuses en bonne santé, afin de permettre de nouvelles connexions aidant à augmenter la mémoire.

La plupart des personnes ayant des difficultés d’apprentissage et d’attention, ont besoin de consommer plus de protéines que d’amidon et de sucre.

Cependant, le Dr. Amen a découvert que les enfants ayant des comportements obsessionnels compulsifs, ont besoin d’une alimentation équilibrée de protéines et d’amidon.

La tyrosine est une composante pour la dopamine (contrôle des mouvements et des centres du plaisir et de la motivation). La tyrosine est un acide aminé non essentiel, qui est abondant dans le riz brun, les légumes à feuilles et le lait.

Le tryptophane est aussi un acide aminé essentiel. C’est une des composantes de la sérotonine qui contrôle nos habitudes de sommeil et nos émotions. Le manque de sérotonine est responsable de la dépression, l’anxiété et l’insomnie.

Le tryptophane est considéré comme une « protéine sédative ». La plupart des légumes et des noix contiennent du tryptophane.

GABA est un autre neurotransmetteur essentiel agissant comme un agent anti-anxiété. GABA est formé dans le corps par l’acide glutamique qui peut être synthétisé à partir d’autres acides aminés.

Les protéines sont essentielles parce qu’elles contiennent les acides aminés nécessaires pour construire des cellules nerveuses en bonne santé.

Les acides gras essentiels

Le Dr. Michael Lyon a fait une recherche approfondie pour mieux comprendre certaines des causes premières, principalement alimentaires, des difficultés d’attention.

Les acides gras essentiels, l’oméga-3 et l’oméga-6, sont nécessaires pour chaque cellule dans le corps humain et particulièrement dans le cerveau qui contient 60 % de gras.

Ces acides gras essentiels semblent être grandement impliqués dans la capacité à rester attentif et à mener à bien un travail.

L’acide gras oméga-3 le plus communément disponible, est connu sous le nom d’acide linoléique alpha (ALA) et peut être trouvé en grande quantité dans l’huile de graines de lin.

Les acides gras oméga-6, sont connus sous le nom d’acide linoléique (LA) et se retrouvent dans la citrouille, le tournesol et les graines de sésame. C’est seulement lorsque les bons enzymes sont présents dans le corps, que les acides seront convertis pour les incorporer au cerveau et au système immunitaire. Cependant, le corps est trop souvent inefficace pour les convertir. Les meilleures sources sont les huiles contenues dans les poissons : thon, saumon et morue.

Hydrogénisation et les acides gras trans

Le Dr. Lyon ainsi que plusieurs experts sur le sujet, donnent des avertissements quant à l’utilisation de gras hydrogénés et d’acides gras trans, qui contiennent presque aucun acide gras essentiel.

L’hydrogénisation, la façon la plus commune de changer drastiquement les huiles naturelles, chauffe les huiles à des hautes températures. Elle altère la structure moléculaire qui interfère avec les processus biochimiques, « encrassant » nos systèmes physiologiques, incluant le cerveau.

Non seulement l’huile chauffée perd ses nutriments, mais un catalyseur (métaux lourds comme l’aluminium) est ajouté, laissant des résidus dans ces huiles que nous consommons.

« Intestin ayant des fuites » et débris dans le sang

Une mauvaise digestion, absorption et élimination peuvent conduire à des maladies mentales, émotionnelles et physiques.

Le Dr. Lyon déclare qu’ « une digestion optimale, une bonne absorption des nutriments et un intestin étanche sont essentiels pour une bonne santé ». Se basant sur son expérience, la santé du cerveau et la santé de l’intestin sont vitalement reliées.

Dans son livre « Est-ce que le cerveau de votre enfant est affamé ? », il explique que la plupart des enfants ayant des troubles d’attention ou de l’hyperactivité ont un intestin qui a des fuites, qui manque de bactéries sympathiques et qui a différentes espèces de parasites.

Expliquons brièvement le terme « intestin ayant des fuites ». Normalement, la paroi du petit intestin nous protège d’un aliment non digéré s’insérant dans le système sanguin. Malheureusement, dû à différents facteurs incluant la consommation excessive de féculents ou d’aliments sucrés, les jonctions serrées entre les cellules de la paroi intestinale se détachent et des espaces se créent entre les cellules.

Un intestin ayant des fuites permet à des débris moléculaires de circuler dans le corps tout entier, interférant avec les fonctions des différents organes.

Le cerveau est un de nos organes vitaux et ces irritants l’affectent négativement.

Le lait et sa modification moléculaire

Un des types les plus communs de débris moléculaires est la protéine du lait. Le lait a toujours été reconnu comme un nutriment essentiel pour construire des corps en bonne santé.

Cependant, de nouvelles recherches ont démontré que le lait peut entraîner des allergies et semble être la cause de plusieurs otites.

Le problème n’est pas le lait, mais ce qui arrive lorsque le lait est homogénéisé et radié.

Homogénéiser le lait, c’est briser les molécules grasses en de minuscules particules qui peuvent traverser la barrière de l’intestin et être absorbées dans le système sanguin, causant plusieurs problèmes incluant des réactions allergiques et des otites.

Ces molécules protéiques « étrangères », affaiblissent le système immunitaire parce que le corps reconnaît la protéine du lait comme un ennemi. Les organes comme le cerveau sont souvent attaqués.

Bien que le lait de soja soit souvent utilisé pour remplacer le lait de vache, le soja semble être difficile à digérer pour certains enfants.

L’appellation impropre « lait de soja », souvent donnée au jus de soja ou tonyu, peut faire croire que cette boisson a les mêmes qualités nutritives que le lait et peut donc le remplacer.

Or, s’il est vrai que le jus de soja contient presque autant de protéines que le lait, celles-ci sont de moins bonne qualité. Mais surtout, le jus de soja est naturellement pauvre en calcium : il en contient 8 fois moins que le lait.

Certains fabricants de tonyu l’enrichissent artificiellement en calcium, mais il semble alors que ce calcium ne soit pas aussi bien assimilé que celui du lait. Le jus de soja peut bien sûr être consommé, mais pas à la place du lait. Il en est de même pour les desserts au soja, qui n’ont pas les mêmes qualités nutritionnelles que les yaourts.

Le sucre blanc et l’hypoglycémie

Un aliment hautement sucré, fait de sucre blanc comme une tablette de chocolat, une boisson gazeuse ou des bonbons, stimule le pancréas à secréter de l’insuline, ce qui provoque les cellules du corps à tirer l’excédent de glucose hors du système sanguin et à l’emmagasiner pour une utilisation ultérieure.

Très vite, la quantité de glucose disponible pour le cerveau baisse. Les neurones, incapables d’emmagasiner le glucose vivent une crise d’énergie. La capacité à se concentrer et à penser en souffre. Ce manque de glucose est appelé l’hypoglycémie et peut même conduire à un évanouissement.

Le très « mauvais » sucre : l’aspartame

Plusieurs recherches ont été faites sur l’aspartame, un édulcorant artificiel environ 200 fois plus sucré que le sucre raffiné.

Depuis sa mise sur le marché, il y a eu des polémiques sur l’innocuité de l’aspartame alimentées par des accusations de conflits d’intérêts.

En juillet 2005, des chercheurs de la Fondation européenne Ramazzini, à Bologne (Italie), ont présenté à la presse une étude menée sur des rats, montrant un effet cancérogène au niveau du cerveau. Cette étude a été critiquée par des agences de sécurité sanitaire.

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), après une analyse détaillée des conditions opératoires de cette étude, a conclu qu’il n’y a aucune raison de changer les conditions d’utilisation de l’aspartame en Europe.

La France a aussi émis des réserves sur la méthode d’étude et des doutes quant à la validité des résultats et s’en tient à une « veille toxicologique » sur l’aspartame.

Les « bons sucres » : les glyconutriments

Ces dernières années, les recherches ont montré que ces sucres ne jouent pas simplement dans notre organisme le rôle de stockage de l’énergie. Une bonne partie des parois de nos cellules est constituée non seulement de protéïnes, mais également de sucres et de glycoprotéïnes (sucres associés à des protéïnes). On sait maintenant qu’ils sont essentiels au fonctionnement de l’organisme et en particulier à la communication entre les cellules.

Ces sucres indispensables, sont fabriqués par notre organisme à partir de 8 sucres simples essentiels : glucose, galactose, mannose, xylose, N-acetylglucosamine, N-acetyl-galactosamine, fucose, acide sialique. Or seuls le glucose et le galactose sont présents de façon abondante dans notre nourriture. Les combinaisons de ces sucres entre eux sont très complexes, plus encore que la combinaison des acides aminés dans les protéïnes (qui est linéaire). C’est en raison de cette complexité que la glycomique est une science si récente.

Les scientifiques pensaient que les 6 sucres essentiels non fréquents dans notre alimentation, pouvaient être facilement produits par notre organisme à partir du glucose et du galactose que nous consommons. On sait maintenant que cette synthèse par l’organisme est lente et que l’organisme « préfère » disposer de ces sucres essentiels directement dans l’alimentation. C’est pourquoi on qualifie souvent ces 8 sucres essentiels de « glyconutriments ».

Ci-dessous, les bénéfices probables apportés par ces sucres essentiels pour une alimentation en procurant en quantités suffisantes :

– augmentation de la performance intellectuelle,

– amélioration de la masse musculaire, décroissance de la masse grasse, augmentation de la force physique,

– régulation de la pression sanguine,

– amélioration de la densité osseuse,

– aide à lutter contre certains désordres intellectuels : dépression, tourette, démence,

– diminution de maladies chroniques et dégénératives, auto-immunes (parkinson, fatigue chronique, fibromyalgie, asthme, arthrite, sclérose en plaques, problèmes cardiaques, diabètes) et infectieuses,

– normalisation de la tolérance au glucose dans le sang, optimisation du ratio cholestérol / HDL (ratio entre « bon » et « mauvais » cholestérol).

– aide à la lutte contre certains cancers,

– aide à la correction de certains désordres génétiques (trisomie 21, mucoviscidose),

Il s’agit d’un aspect majeur de notre alimentation, dont on ne connaît pas encore toute la portée. Mais devons-nous attendre vingt ans pour que les scientifiques aient toutes les preuves nécessaires, ou est-il préférable dès aujourd’hui de prévoir la disponibilité de ces sucres essentiels dans notre alimentation ?

La table suivante montre la provenance des 8 glyconutriments essentiels dans notre alimentation :

Glyconutriment Sources
Glucose Très abondant : fruits, sucres communs qui sont transformés par l’organisme en glucose
Galactose Abondant : lait, fruits, légumes, fenugrec, pomme, varech
Mannose Aloe vera, shiitake (champignon Japonais), fenugrec, varech, cassis, groseille, haricots de soja, chou, aubergine, tomates, tournesol
N-acetylglucosamine Shiitake, Cartilages bovins ou de requin
N-acetyl-galactosamine Cartilages bovins ou de requin.
Fucose Varech, levure de bière
Acide sialique Petit lait, œufs

Bien peu d’aliments contiennent ces sucres essentiels (sauf pour le glucose et le galactose).

Cela ne rend que plus intéressants les aliments qui en contiennent, par exemple : choux et fruits rouges (qui disparaissent de notre alimentation), ingrédients japonais tels que : algues, shiitake, haricots de soja.

Excepté le glucose, les autres sucres essentiels ne nous apportent pas de calories supplémentaires. Ils ne risquent pas de nous faire grossir et leur consommation semble ne poser aucun risque particulier.

« Les mangeurs de petit déjeuner » ont une meilleure durée d’attention que « les sauteurs de petit déjeuner »

Il y a plusieurs composantes dans l’alimentation, qui auront un effet direct sur le fonctionnement du cerveau, le comportement et la performance intellectuelle.

Des études démontrent que ceux qui mangent un petit déjeuner, particulièrement ceux qui mangent un petit déjeuner riche en protéines et en calcium, obtiennent généralement de meilleurs résultats scolaires.

Ceux qui sautent le petit déjeuner, ont plus de risque d’être léthargiques et de se suralimenter durant le reste de la journée.

L’eau et la santé du cerveau

Boire plusieurs verres d’eau par jour est essentiel, mais peu le font.

Le corps humain est composé de 25% de matières solides et de 75% d’eau. Les tissus du cerveau sont composés de 85% d’eau.

Chaque fonction du corps est contrôlée et liée à un débit d’eau efficace. « La distribution de l’eau » est la seule façon de s’assurer que non seulement une quantité adéquate d’eau, mais aussi que les éléments qu’elle transporte (hormones, messagers chimiques et nutriments), atteignent d’abord les organes les plus vitaux. »

Il a été remarqué que des enfants obtenaient un meilleur contrôle de leurs ondes cérébrales lentes après avoir bu un verre d’eau.

Le chlore qui est présent dans l’eau du robinet, empêchera l’absorption de la tyrosine, un acide aminé important. Notre eau peut aussi être contaminée avec des métaux lourds. L’eau du robinet doit être purifiée. Les systèmes de filtration de l’eau osmotique et de l’eau distillée ne sont pas les meilleures méthodes de filtration pour une consommation à long terme.

L’eau venant de ces types de systèmes de filtration est non seulement dépossédée des minéraux essentiels, mais cette eau filtrera le corps de ses propres minéraux.

Il est aussi intéressant de savoir que l’eau osmotique a un « faible ph », ce quisignifie que l’eau est acide et peut interférer avec l’état alcalin du corps. Des systèmes de filtration d’eau efficaces sont disponibles et ils sont en mesure d’enlever les substances dangereuses tout en conservant les minéraux importants

La nourriture génétiquement conçue

Les allergies alimentaires non diagnostiquées sont peut être liées à la nourriture génétiquement conçue.

C’est depuis 1997 que nous avons une vaste variété de nourriture génétiquement conçue non identifiée sur les tablettes de nos supermarchés.

La conception génétique porte sur l’implantation d’un regroupement de gènes à partir de virus, bactéries, insectes et animaux sur nos fruits, graines, noix et légumes.

Ne serait-il pas possible qu’une explication de ces allergies aux noix, inexistante il y a quelques années, soit liée à la structure modifiée des noix ? Des tests menés à l’Université du Nebraska et rapportés dans le Journal de médecine de la Nouvelle Angleterre, des chercheurs ont découvert que les fèves de soja modifiées avec des gènes à partir des noix du Brésil, ont produit des protéines qui résultent en un potentiel d’extrêmes réactions allergiques mortelles chez les gens sensibles aux noix.

Le corps humain est merveilleusement créé. Les scientifiques considèrent que nous avons environ 70 trillions de cellules dans notre corps. Ces cellules se multiplient et meurent continuellement, ce qui a comme effet que nous avons un tout nouveau corps tous les sept ou huit ans. La santé de notre corps dépend de la santé des cellules qui produisent l’énergie.

Cet article énumère certains faits concernant les raisons pour lesquelles notre cerveau peut être affaibli. La bonne nouvelle est que si nous limitons l’ingestion de mauvaise nourriture et nourrissons le corps avec les nutriments nécessaires pour fonctionner efficacement, le corps peut se régénérer par lui-même.

A éviter pour le bien être de notre cerveau

– la mauvaise nourriture (« junk food »), les casse-croûte, le « fast food »,

– les organismes génétiquement modifiés,

– les acides gras trans (huile hydrogénée),

– la nourriture contenant des pesticides,

– le sucre blanc (boisson gazeuse, barres de céréales, bonbons, etc…),

– la farine blanche (pâte, pizza, etc…),

– les colorants alimentaires (particulièrement les colorants rouge et jaune),

– l’aspartame (le substitut du sucre dans les bonbons et les gommes) et le MSG (exhausteur de saveur),

– la caféine et le chocolat,

– le lait homogénéisé et soyez prudents avec le lait de soja qui est souvent difficile à digérer,

– les boissons gazeuses.

A privilégier pour le bien être de notre cerveau

– les vitamines (fruits, légumes, grains entiers),

– les minéraux,

– les protéines (acides aminés),

– les acides gras essentiels,

– les glyconutriments, huit monosaccharides essentiels (sucres),

– l’eau en quantité suffisante,

– les probiotiques, qui sont les bonnes bactéries nécessaires dans les intestins,

– se débarrasser des toxines en bougeant suffisamment,

– bien dormir.

A propos cosmeticshomemadecolchique

Passionnée des cosmétiques et des savons faits maison.
Cet article a été publié dans Cuisine. Ajoutez ce permalien à vos favoris.