Vitamine A et Bêta-Carotène

Source : Passeportsanté,



Autres noms : vitamine A préformée Rétinol, rétinal, acide rétinoïque, acétate de rétinyle, palmitate de rétinyle, provitamine A, bêta-carotène, ß-carotène.


Sources alimentaires


La vitamine A proprement dite ne se trouve que dans les produits d’origine animale : foie, viande, poisson, lait entier (le lait écrémé est enrichi en vitamine A), beurre, oeufs, fromages, etc…


Le bêta-carotène (provitamine A) est fourni par certains légumes et fruits qui en contiennent de grandes quantités : carottes, abricots, mangues, légumes vert foncé, patates douces, persil, etc…


Noter que les caroténoïdes sont beaucoup mieux absorbés avec un peu de matière grasse.




Aliments

Portions

Vitamine A
(EAR*)

Abats de dinde, braisés ou mijotés

100 g (3 ½ oz)

10 737 µg EAR

Foie de boeuf, sauté ou braisé

100 g (3 ½ oz)

7 744-9 450 µg EAR

Abats de poulet, braisés ou mijotés

100 g (3 ½ oz)

1 753-3 984 µg EAR

Patate douce (avec la pelure), cuite au four

100 g (1 moyenne)

1 096 µg EAR

Citrouille, en conserve

125 ml (1/2 tasse)

1 007 µg EAR

Jus de carotte

125 ml (1/2 tasse)

966 µg EAR

Carottes, crues ou cuites

125 ml (1/2 tasse)

433- 671 µg EAR

Épinards, bouillis

125 ml (1/2 tasse)

573 µg EAR

Chou cavalier, cuit

125 ml (1/2 tasse)

489 µg EAR

Chou vert frisé, cuit

125 ml (1/2 tasse)

478 µg EAR

Rutabaga, cuit

125 ml (1/2 tasse)

411 µg EAR

Courges d’hiver, cuites

125 ml (1/2 tasse)

283 µg EAR

Feuilles de betterave, bouillies

125 ml (1/2 tasse)

276 µg EAR

Feuilles de navet, bouillies

125 ml (1/2 tasse)

275 µg EAR

Feuilles de pissenlit, bouillies

125 ml (1/2 tasse)

260 µg EAR

Hareng de l’Atlantique, mariné

100 g (3 ½ oz)

258 µg EAR

Cantaloup

125 ml (1/2 tasse) (1/4 cantaloup)

233 µg EAR

Laitue

250 ml (1 tasse)

163-207 µg EAR

Poivron rouge, cru ou cuit

125 ml (1/2 tasse)

124-198 µg EAR

Pak-choi ou bok choy, cuit

125 ml (1/2 tasse)

180 µg EAR

*EAR : Équivalent d’activité rétinol.

Source : Santé Canada, Fichier canadien sur les éléments nutritifs, versions 2001b et 2005 et ministère de l’Agriculture des États-Unis (USDA), National Nutrient Database for Standard Reference.

N.B. Le bêta-carotène ne se transforme en vitamine A que dans la mesure où l’organisme en a besoin.



Description


Vitamine liposoluble, la vitamine A se présente, dans l’organisme, sous la forme de rétinol, de rétinal (dans la rétine), d’acide rétinoïque (dans les os et les muqueuses) ou de palmitate de rétinyle (réserves stockées dans le foie). C’est dans la rétine qu’on l’a isolée la première fois, d’où le nom de « rétinol ».


Elle joue un rôle important dans la vision, notamment au chapitre de l’adaptation de l’oeil à l’obscurité, mais aussi dans la croissance des os, la reproduction et la régulation du système immunitaire. Elle contribue à la santé de la peau et des muqueuses (yeux, voies respiratoires et urinaires, intestins), qui constituent notre première ligne de défense contre les bactéries et les virus.


Elle est essentielle à la différenciation et la croissance cellulaire, car elle participe à la transcription de certains gènes et à la synthèse de certaines protéines. Elle favorise également l’absorption du fer et semble jouer un rôle dans la régulation des réponses inflammatoires.


L’organisme s’approvisionne directement en vitamine A dans les aliments de source animale, mais il peut aussi le faire indirectement, en transformant en vitamine A certains caroténoïdes provenant des végétaux.


Des apports suffisants en protéines et en zinc sont essentiels au métabolisme de la vitamine A. La vitamine E en accroît l’absorption et les réserves stockées dans le foie. Notez également que l’absorption optimale du bêta-carotène contenu dans les végétaux demande la présence d’un peu de matière grasse. Ainsi, si vous prenez un jus de carotte, un jus d’abricot ou des carottes comme collation, votre organisme n’absorbera que très peu de bêta-carotène si vous n’y ajoutez pas une ou deux noix par exemple, ou quelques gouttes d’huile d’olive. L’absorption des caroténoïdes est aussi influencée par la génétique et le statut nutritionnel de l’individu.


La vitamine A est potentiellement plus dangereuse que la plupart des autres vitamines, puisqu’elle peut s’accumuler et atteindre des concentrations toxiques, particulièrement pour le foie.


Le bêta-carotène ne présente pas les mêmes risques puisque le corps ne convertit en vitamine A que la quantité dont il a besoin, évitant de la sorte un stockage excessif de cette vitamine.



Carence


La carence en vitamine A est pratiquement inexistante dans les pays développés. Les seuls cas, relativement rares, qu’on a relevés concernent des personnes souffrant de troubles physiologiques qui entravent le métabolisme naturel d’assimilation de cette vitamine (malabsorption des gras, fibrose kystique, diarrhée chronique, maladies du foie, sida, maladie de Crohn et colite ulcéreuse, par exemple). Ces cas nécessitent l’intervention d’un médecin et ils ne peuvent, sous aucune considération, faire l’objet d’un autotraitement par la prise d’un supplément de vitamine A.


Par ailleurs, une déficience en zinc, en vitamine C ou en protéine et l’alcoolisme nuisent à la conversion des carotènes en vitamine A. Noter aussi que la vitamine A doit passer par la glande thyroïde pour être transformée en rétinol : les personnes atteintes d’hypothyroïdie sont donc plus susceptibles de souffrir d’une carence en vitamine A. Les enfants également d’ailleurs, car la capacité de stockage de leur foie est plus faible que celle des adultes et leurs besoins en vitamine A sont très grands à cause de leur croissance.


Certains des signes d’une hypervitaminose A et ceux d’une carence sont semblables :


  • maux de tête chroniques;
  • douleurs abdominales, musculaires et articulaires;
  • dessèchement de la peau, des muqueuses et des yeux;
  • conjonctivite;
  • chute des cheveux;
  • nausée;
  • diarrhée;
  • perte de l’appétit;
  • une hyperleucocytose;
  • ostéoporose.



Précautions


Attention

  • En raison des dangers de malformations congénitales et des possibilités d’ostéoporose, l’automédication en vitamine A n’est pas recommandée. En revanche, le bêta-carotène, qui ne se transforme en vitamine A qu’en fonction des besoins du corps, ne cause pas ces inconvénients.
  • Bêta-carotène. D’après les résultats de deux études portant sur des fumeurs, la prise de suppléments de bêta-carotène à très hautes doses (20 mg ou 30 mg) augmente l’incidence du cancer du poumon. Le bêta-carotène serait sensible à l’oxydation causée par les produits de dégradation de la fumée de cigarette. Comme l’organisme des fumeurs n’a plus la capacité de recycler les sous-produits de carotène oxydé, ces derniers deviennent pro-oxydants et peuvent aggraver le processus de carcinogénèse.
  • Plusieurs études épidémiologiques indiquent qu’un dépassement à long terme de l’apport nutritionnel recommandé en vitamine A, soit plus de 5 000 UI par jour (aliments et suppléments confondus), peut causer une perte osseuse et augmenter le risque de fracture, notamment chez les femmes. Par ailleurs, des travaux expérimentaux sur les animaux et les humains indiquent que la vitamine A peut nuire au rôle que la vitamine D joue dans le maintien d’un taux normal de calcium dans le sang.



Contre-indications


  • Les femmes enceintes ne devraient pas consommer de foie de façon régulière, car cet aliment contient de grandes quantités de vitamine A directement assimilable. En revanche, les apports alimentaires de provitamine A (fruits et légumes colorés) sont sans danger, même durant la grossesse.)
  • L’utilisation de rétinoïdes est formellement contre-indiquée en cas de grossesse. Il s’agit d’une classe de médicaments de synthèse dérivés de la vitamine A et réservés au traitement de divers troubles cutanés graves, dont l’acné résistant aux traitements habituels chez les adolescents (Accutane®, par exemple). Le fabricant de ce médicament précise d’ailleurs que les femmes en âge d’avoir des enfants qui ont recours à ce traitement doivent utiliser de façon simultanée deux méthodes de contraception fiables (contraceptif oral ET condom, par exemple).

A propos cosmeticshomemadecolchique

Passionnée des cosmétiques et des savons faits maison.
Cet article a été publié dans Focus. Ajoutez ce permalien à vos favoris.