Le collagène

Sources : techno-science, collazymes, sante-guerir, futura sciences, passeportsanté, pure beauté, lenntech.

Le collagène est le principal constituant protéique chez les mammifères. Il représente environ le quart du poids corporel normal.

Il se compose de substance fondamentale (colloïde) et de fibres. Ces fibres peuvent être de simple fibres structurées de tissu collagène ou des fibres élastiques. Une fibre de 1 mm de diamètre peut supporter une charge de 10 kilos.

Il existe de nombreux types de collagènes présents dans le derme, les tendons, les cartilages, les os, les vaisseaux sanguins, le VITRE, les membranes basales, la cornée et le tissu conjonctif.

Le collagène présente une concentration plus importante en substance colloïde, par exemple dans le tissu conjonctif mésentérique (tissu péri-intestinal) et une concentration plus importante en fibres élastiques, par exemple dans le tissu conjonctif sous-dermique et dans les parois artérielles.

Le collagène constituant l’os et le cartilage se charge de sels, de calcium et de soufre.

SYNTHESE DU COLLAGENE :

Le collagène est formé de 3 acides aminés :
– soit la glycine, la proline et l’hydroxyproline,
– soit la glycine, la lysine et l’hydroxylysine.

La structure du collagène est donc la répétition de ces 3 motifs qui forment des chaînes. Ces chaînes se lient par 3, formant ainsi une superhélice à 3 bras qui peuvent se polymériser, ce qui aboutit à la formation de fibrilles de collagène. Les différentes fibrilles sont reliées entre elles par des ponts de proline et lysine hydroxylés.

L’association variable de ces différentes chaînes, explique la différence de nature physique des différents collagènes dans notre organisme.

Le collagène peut être atteint de différentes maladies appelées collagénoses ou connectivites. Par exemple :

– le LUPUS ERYTHEMATEUX ,
– la POLYARTHRITE CHRONIQUE EVOLUTIVE,
– la SCLERODERMIE GENERALISEE.

Avec l’âge, nos tissus perdent de leur tonicité. La peau, les muscles, les chairs se flétrissent et perdent de leur apparence ‘’ jeunesse’’. Le collagène est la vitamine de soutien de la peau. L’élasticité de la peau dépend du collagène, une protéine fibreuse qui représente 80% du tissu conjonctif présent dans toutes les parties du corps et qui agit comme une « colle« , sinon nous ne serions qu’une flaque d’eau.

Le terme collagène signifie « producteur de colle » (le nom vient en effet d’un mot grec, kolla signifiant colle). Les propriétés du collagène ont été utilisées par les égyptiens il y a 4000 ans. Les amérindiens l’utilisaient il y a 1500 ans. La plus ancienne colle connue est faite à partir de collagène et date de 8000 ans. Actuellement on l’utilise dans les produits de beauté ou comme additif dans les poulets.

L’œil humain se compose principalement de tissu conjonctif. Le sclera (le tissu qui compose le blanc de l’œil) est fait de collagène et représente 80% de l’œil.

Le collagène est la substance constituant en grande partie le tissu conjonctif qui est le tissu de soutien de l’organisme.

Le collagène est une protéine présente dans toutes les structures du corps : peau, cartilages, tendons, ligaments et tissus conjonctifs. Il représente de 30 % à 35 % des protéines totales de l’organisme et assure la cohésion, l’élasticité et la régénération de tous ces tissus. Dans le corps le collagène est de trois types principaux :

  • celui de type I le plus abondant se trouve dans la peau, les tendons et le tissu osseux ;
  • celui de type II se trouve dans les cartilages ;
  • celui de type III se trouve dans les muscles et les parois des vaisseaux.

Il existe plusieurs formes de collagène, dont certaines sont utilisées pour lisser les rides ou gonfler les lèvres. Le collagène bovin est extrait de la peau de vaches mortes, stérilisé et liquéfié. On peut l’injecter dans les lèvres pour les gonfler ou sous les rides pour les estomper. Le collagène bovin finit par être absorbé par le corps, c’est la raison pour laquelle ses effets ne durent que trois mois environ.

Le collagène marin est également utilisé dans les crèmes antirides. Le collagène marin est extrait de résidus de l’industrie agroalimentaire, le plus souvent des déchets de poissons ou de crevettes.

D’autres substances qui ne sont pas issues de la peau de vaches mortes, peuvent servir à grossir les lèvres. L’Alloderm ® est extrait de la peau de personnes mortes et permet d’obtenir des lèvres plus volumineuses. Il est constitué de fines feuilles de collagène humain séchées par le froid, que l’on peut enrouler et placer après incision dans les lèvres d’une personne pour leur donner plus de volume. Ce produit subit un traitement particulier, qui réduit le risque de rejet par le corps et le débarrasse des éventuelles maladies. L’Alloderm fut un moment employé avec succès dans le traitement des brûlures.

En crème, gel, sérum ou injection, le collagène améliore la souplesse et l’élasticité de la peau en réparant les dommages liés à l’âge, et à l’exposition aux UV.

Le collagène entre dans de nombreux tissus auxquels il confère résistance et souplesse. Cette protéine fabriquée par les fibroblastes du derme est la plus abondante du corps. Sans collagène, nous nous répandrions en flaques d’eau. Malheureusement, dès 25 ans, les fibres de collagène se dégradent et ne jouent plus correctement leur rôle de maintien. Les tissus glissent vers la bas du visage, les volumes se creusent, les ongles et les cheveux subissent des altérations.

Le collagène de type III : collagène de la jeunesse

Parmi les 19 collagènes, deux sont majoritairement au sein du derme : ceux de type I et III.

Le collagène de type I participe à la rigidité et à la résistance des tissus. Avec l’âge, il est de plus en plus prédominant (plus de 80 %). les fibres deviennent plus rigides et moins souples, ce qui entraîne une perte de fermeté de la peau.

Le collagène de type III abondamment synthétisé pendant la vie fœtale et l’adolescence, est celui qui donne à la peau des enfants cet aspect doux, velouté et rebondi. Avec l’âge le collagène III diminue au profit du collagène I.

Pour relancer la production de collagène III, il faut donner des ordres au derme et l’obliger à produire davantage de collagène.

La communication intercellulaire au sein de la peau, fait intervenir des messagers spécifiques sous la forme de très petites molécules : les cytokines. Informées des évènements qui se produisent à la surface de la peau, elles réagissent et donnent des ordres très spécifiques aux cellules, comme de se multiplier et plus particulièrement de fabriquer du collagène. Avec l’âge ces cytokines deviennent moins performantes. Il faut donc les redynamiser et tel est le cas de certains produits anti-âge.

Des produits très stimulants

Des vecteurs accélérateurs de collagène peuvent être associés à un actif original : les phytocéramides qui protègent et consolident les fibres de collagène.

Le rétinol est lui aussi un actif phare dans la réactivation de la production de collagène.
Quant aux algues bleues, elles piègent les radicaux libres et stimulent les fibroblastes.

Un complexe bio-végétal composé de sucre de canne et de sucre d’origine bio-technologique, stimule et relance la production des fibres collagéniques.

Le rétinaldéhyde s’avère efficace dans la relance des métabolismes cellulaires des kératinocytes et des fibroblastes.

L’extrait de pépins de pomme riche en isoflavones, participe à la stimulation naturelle de collagène.

D’autres produits renferment des microsphères de collagène marin fabriqué à partir de la peau et d’écailles de poisson (morue, flétan, saumon, merlan…).

Un actif naturel, la mauve, exerce une action adoucissante et cicatrisante et favorise l’assimilation du collagène marin.

La vitamine C est requise pour la synthèse du collagène.


A propos cosmeticshomemadecolchique

Passionnée des cosmétiques et des savons faits maison.
Cet article a été publié dans Ingrédients. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour Le collagène

  1. Marie-Neige dit :

    Merci pour cet article très intéressant. Bisous.

  2. violette dit :

    pffiou je veux bien comprendre que le collagène a son importance mais franchement ca donne pas envi de se tartiner avec lol même si il fait des miracle sa provenance n’est pas idéale lol.
    j’ai bien compris qu’il existait des actifs capablent de booster le collagène mais il n’en existerait pas du naturel ou minéral ? est ce que je ne suis pas en train de dire une bêtise la ??? parce que si on récupère le collagène de corps quels qu’ils soient on va se retrouver avec des maladies comme la vache folle ou alors j’ai pas compris ?
    en tout cas merci ton focus est parfait comme d’hab lol !!

    • Violette, je pense que les personnes qui veulent uniquement des ingrédients issus du milieu végétal ou minéral, ne choisiront pas de mettre du collagène dans leurs préparations cosmétiques.

      Dans la partie « Des produits très stimulants » de mon article, tu peux trouver des booster de collagène qui peuvent moins te rebuter.

      Le collagène animal subit un traitement pour éviter les risques de contamination.

  3. Lys blanc dit :

    Beurk… J’ai un flacon de pseudo-collagène qui m’attend pour une future crème raffermissante. Je vais le regarder d’un autre œil maintenant.
    Merci Colchique pour toutes ces infos que tu as collecté pour nous,c’est vraiment passionnant.

    • Lys blanc, j’ai utilisé le collagène marin vendu chez les Utiles de Zinette pour faire mon sérum.

      http://lesutilesdezinette.com/product_info.php?products_id=463

      Je lis que ton collagène est un pseudo collagène. Ton pseudo collagène est peut-être végétal et contient de l’extrait de levure de bière. Si c’est le cas, il comprend des phytocéramides qui protègent et consolident les fibres de collagène.

      Je pense que tu peux continuer à regarder ton pseudo collagène d’un bon oeil si tu ne veux pas utiliser du vrai collagène qui te rebute par sa provenance.

      Je pense que le collagène et le pseudo collagène sont deux ingrédients différents qui n’apporteront pas la même chose à la peau.

  4. Nepenthès dit :

    eh bé, du bovin reçyclé dans les lèvres…… hum, les stars sont moins glamours, maintenant ( ça m’a fais bien rire en y pensant) .

    merci pour ces informations, car j’etais loins d’imaginer que le poétique collagène marin (ça avais l’air tellement mieux que l’animal) était un résidu de l’agro alimentaire.
    j’imaginais ( et j’aurais du verifier au lieu de supposer) que c’était issu d’algues…
    a nous les alcoolo-glycérinés de crevettes ! (evidemment, je plaisante!) maintenant, c’est toujours bon a savoir, un grand merci pour cet article.

  5. violette dit :

    mdr lol autant embrasser le cul des vaches. je vous vois courir après
    les vaches !!!!!!

  6. Nepenthès dit :

    en esperant qu’elles ne nous lâchent pas un nuage fétide à la figure….

  7. violette dit :

    lol vous me faites bien marrer toutes les deux l’image est extra !!

  8. chouby36 dit :

    bonjour suite a l’article de pearlandbeauty je viens découvrir ton blog . Alors je vais le parcourir un peu voir tes sujets. Bon week end

Les commentaires sont fermés.