Tests avec ma jellycéthine faite grâce au blog de Caly

Il y a quelques jours j’ai découvert avec enthousiasme sur le blog de Caly son émulsifiant baptisé jellycéthine. Merci beaucoup Caly pour ton article que j’ai trouvé extrêmement intéressant. J’ai beaucoup apprécié également le commentaire de Célimène concernant la lécithine en granulés que je testerai, parce qu’elle permet le choix et la quantité de l’ajout du corps gras pour la dissoudre.

Il me restait dans mon placard de la lécithine de soja liquide vendue chez Aroma Zone et donc j’ai essayé de faire de la jellycéthine.

J’ai obtenu de la jellycéthine avec la même apparence que celle qu’on voit sur la photo du blog de Caly. Je n’ai eu aucun dépôt de gel ou de liquide à retirer une fois ma jellycéthine refroidie.

La jellicéthine que j’ai obtenu ne m’a pas permis de faire mon émulsion à froid.

Ci-dessous la recette que j’ai faite en one pot, car j’ai remarqué que ma jellycéthine ne fond pas complètement dans l’eau et qu’elle ne fond pas complètement dans l’huile. J’aurais tendance à penser que la jellycéthine a une phase qui fond dans l’eau et une phase qui fond dans l’huile.

Recette premier test :

40 % gel d’aloé véra

37,3 % eau de source

0,2 % sorbate de potassium

2 % lactate de sodium

3 pointes de couteau d’ocre rose

5 % huile d’olive

5 % squalane

5 % huile de coco factionnée

5 % jellycithine

Ajouts à froid :

7 gouttes de vitamine E

10 gouttes d’huile essentielle petit grain bigarade

bicarbonate de soude pour ajuster le pH à 7,62

Une fois mon émulsion formée et froide, j’ai obtenu une émulsion qui présentait les signes d’un pH trop bas  à cause de ma jellycéthine. Si j’avais su que ma jellycéthine allait me donner une préparation avec un pH trop bas, je n’aurais pas mis de gel d’aloé véra, mais uniquement de l’eau de source avec 0,3 % de gomme de xanthane.

Cette recette avec une forte proportion de phase aqueuse m’a donné une préparation avec une texture qui ressemble à de la danette gélifiée.

Deuxième test

J’ai rajouté à froid 10 % d’huile de chanvre dans ma préparation.

La préparation a éclairci car plus crémeuse et toujours cette ressemblance avec la texture de la danette.

Troisième test

J’ai rajouté 15 % d’huile de noisette à ma préparation, ce qui fait que ma préparation contient à présent 45 % de phase huileuse.

La préparation a continué à éclaircir car le côté crémeux s’est accentué, ce qui cette fois la fait ressembler en tout point à de la danette teintée avec un colorant rose.

Mes conclusions

Je trouve que la jellycéthine apporte à une préparation la même chose que le melt & pour (savon) au niveau pouvoir émulsifiant, finesse de la texture et glissant à l’application.

La différence c’est que le savon demande un réajustement du pH de mes préparations à la baisse, contrairement à ma jellycéthine qui demande un réajustement du pH de mes préparations à la hausse.

Un point important que j’ai remarqué en appliquant mes préparations faites avec la jellycithine comparé au melt & pour, est la vitesse anormale de pénétration à travers la peau même avec un taux de phase huileuse important. La sensation est la même que si je mets de la glycérine pure sur ma peau ; j’ai donc mouillé mes mains sous le robinet et je les ai laissées sécher à l’air libre. Une fois mes mains sèches, plus de sensation de tiraillement, mais à la place la même sensation que si j’avais utilisé une excellente crème hydratante, nourrissante et émolliente.

J’ai fait ces trois tests pour voir comment se comporte l’émulsifiant jellycéthine. En aucun cas mes tests élaborés avec comme seul émulsifiant la jellycéthine me donnent des préparations qui me plaisent. Par contre ces tests vont me permettre de cogiter pour essayer de l’utiliser au mieux, associée à un autre émulsifiant et avec ajout ou non d’un coémulsifiant.

Les questions que je me pose

Je n’ai aucune notion de chimie, mais j’ai l’impression que la jellycéthine fait partie de la famille des esters de sucre ; ai-je raison ?

Si j’avais utilisé de l’alcool à la place de la glycérine, aurais-je obtenu un émulsifiant ou coémulsifiant de la famille des alcools comme par exemple l’alcool cétéarylique ?

J’ai utilisé du vinaigre blanc qui est moins dilué que le vinaigre rouge, donc à mon avis plus acide. Je pense que le vinaigre est moins acide que l’acide lactique donc la prochaine fois j’utiliserai de l’acide lactique.

Je pense aussi que je mettrai une quantité plus importante d’acide lactique que celle que j’ai mis de vinaigre, car je pense qu’au bain marie elle est soumise à évaporation, ce qui expliquerait peut-être la raison pour laquelle j’ai obtenu une jellycéthine avec rien à retirer contrairement à Caly.

Ci-dessous photo de mon premier test :

Ci-dessous photo de mon deuxième test :

Ci-dessous photo de mon troisième test :

Rectificatif : le test à froid qui me donne un émulsifiant blanc dont je fais mention dans le commentaire adressé à Mlk, n’est pas de la lécithine mais de la lanoline végétale. Dans mon empressement, j’ai utilisé la lanoline végétale d’Aroma Zone au lieu d’utiliser la lécithine d’Aroma Zone.

Mon prochain article sera consacré à la lanoline que j’ai transformé en émulsifiant.

A propos cosmeticshomemadecolchique

Passionnée des cosmétiques et des savons faits maison.
Cet article a été publié dans Ingrédients. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

27 commentaires pour Tests avec ma jellycéthine faite grâce au blog de Caly

  1. Caly dit :

    Oooh tu n’as pas perdu de temps😉
    Tu as vu la pénétration est assez incroyable par rapport a sœurette la lécithine, c’est complétement différent😉
    Moi aussi je l’apprécie plus en co-émulsifiant et j’ai déjà fait des associations intéressantes..

    • Caly, j’ai trouvé tellement belle ta jellycéthine en photo, que j’étais drôlement contente quand j’ai vu qu’il me restait de la lécithine d’AZ pour tenter l’expérience.

      Oui, la jellycéthine n’a rien de comparable avec la lécithine non modifiée. Je dirais même que la lécithine transformée présente des caractéristiques à l’opposé de la lécithine non transformée.

      Il me tarde de voir tes créations avec ce nouvel émulsifiant, qui doit falloir à mon avis traiter comme un ester de sucre avec la qualité émulsifiante béton du melt & pour.

      Oui, j’ai vu le côté pénétrant que la jellycéthine donne à une émulsion, aussi bien avec une phase aqueuse importante qu’avec une phase huileuse importante.

  2. mlk dit :

    Excellent, j’adore les crèmes à la lecithine et je pense faire aussi des essais
    La lecithine peut fort bien se marier avec le VE, on obtient ainsi un tout en un
    ou mieux avec la cire d’abeille
    Mon essai d’esterification portera sur ces deux co émulsifiants
    J’apprécie beaucoup toutes ces recherches sur les émulsifiants maison et tes questionnements qui nous permettent de réfléchir aussi
    merci

    • Mlk, oui, au fur et à mesure de mes essais, les questions dans ma tête se sont bousculées. Je vais encore poser des tas de questions à Google, pour trouver des réponses très intelligentes expliquées dans un langage compréhensible par le commun des mortels.

      On s’est trouvé un nouveau jouet avec la jellycéthine.

      Je pense que tu devrais obtenir des préparations intéressantes avec l’émulsifiant VE ou la cire d’abeille.

      On se tient au courant de nos essais.

  3. mlk dit :

    Coucou Colchique
    Va voir chez Lucas Meyer, les associations possibles
    Je ne pense pas que ta jellylecithine soit un ester
    A priori ta jelly accepte avec un effet très frais les fortes phases grasses, peut être l’utiliser en tant que telle pour des baumes, voire un démaquillant
    j’avais il y a longtemps sur Potions posté une huile de douche aux lecithines et pour l’effet lacté ajouté du mf, copie certes à revoir, mais très bonne piste, enfin pour moi qui vais y revenir
    Oui, je reviendrais te dire

    • Coucou Mlk,

      Merci beaucoup pour ces informations très intéressantes et le nom de ce fournisseur que je découvre avec beaucoup de plaisir.

      J’ai l’impression que la lécithine et la jellycéthine sont deux ingrédients différents. Je n’ai pas les connaissances nécessaires pour dire si la lécithine acidifiée se transforme en ester, mais j’ai remarqué que la lécithine avait une texture beaucoup plus fluide que la jellycéthine ; ce qui me donne à penser qu’avec la lécithine non modifiée, je n’aurais pas pu obtenir les émulsions que j’ai obtenu.

      Je viens de faire un essai à froid en mélangeant de la lécithine avec de la glycérine. La lécithine a perdu sa couleur marron rougeâtre pour devenir beige. Une fois le mélange crémeux bien homogène, j’ai rajouté du vinaigre blanc. Le vinaigre ne se mélange pas à cette pâte. Le vinaigre fait sortir l’eau contenue dans ma pâte. J’ai donc jeté tous le liquide et j’ai remis du vinaigre. J’ai pu constaté que ma pâte épaississait de plus en plus à chaque nouvel apport de vinaigre après avoir jeté la partie liquide. Cette expérience à froid et avec le vinaigre mis en dernier est très rigolote. Je n’obtiens plus une préparation gélifiée. Mon mélange devient de plus en plus clair et de plus en plus épais. Je mettrai une photo à la suite de mon article, quand le mélange aura arrêté d’évoluer à mes apports de vinaigre réguliers.

      Je viens de lire les fiches techniques concernant les émulsifiants avec de la lécithine chez Lucas Meyer et il est précisé qu’ils conviennent pour des préparations H/E, à mon avis parce qu’il y a un mélange d’émulsifiants qui va le permettre.

      Exemple de l’émulsifiant HELIOFEEL vendu chez Lucas Meyer et qui contient du glycéryl stearate de citrate HLB 11. Le mot citrate me donne à penser que c’est du glycéryl stearate HLB 3,8 acidifié. J’ai remarqué que les émulsifiants ayant dans leur nom le mot acide ou alcool avaient généralement une HLB élevée. Cette constatation me laisse à penser que peut-être en acidifiant la lécithine on augmente la valeur HLB. J’ai remarqué que les émulsifiants avec une valeur HLB haute émulsionnent d’avantage les préparations avec une phase aqueuse élevée et que ceux avec une valeur HLB basse émulsionnent d’avantage les préparations avec une phase huileuse élevée.

      J’ai l’impression que la lécithine employée dans les émulsifiants vendus chez Lucas Meyer, n’est pas de la lécithine acidifiée comme la mienne grâce au vinaigre. Apparemment, leurs émulsifiants contiennent de la lécithine hydrogénée ou normale associée avec d’autres émulsifiants ou coémulsifiants, pour permettre une préparation H/E.

  4. Célimène dit :

    Bjr Colchique, intéressants ces test
    si je peux me permettre d’ajouter mon grain de sel à tes questions ou aux commentaires laissés (ds le désordre)
    la jellylecithine est composée en partie d’ester, puisque la lécithine liquide contient 40% d’huile, le mélange avec l’alcool et l’acide l’estérifient.

    Il est surprenant que tu n’aies pas eu d’eau (à moins qu’elle se soit évaporée du fait d’une différence de chauffe entre ton tes et celui de caly?), l’estérification produit tjs de l’eau

    Pr ton ajout de vinaigre, je pense en fait que tu améliores le rendement de l’estérification, en jetant régulièrement le liquide. D’autre part, ajouter un acide (comme acide acétique du vinaigre, citrique, lactique ou tartrique) accentuent le caractère hydrophobe de ton ester de glycérol. Donc à priori, plus ta pate épaissit avec l’ajout d’acide plus tu devrais te rapprocher d’une hlb permettant d’augmenter la phase huileuse.
    Avec l’acide acétique (vinaigre) on obtient des esters de glycérol permettant de stabiliser la mousse, dc pr une version crème mousse…

    Je pense que ce qui te fais penser aux esters de sucre (si c’est ds l’émulsion elle même et non par l’aspect) tient plus de la glycérine que de la lécithine.
    tu obtiendrais un autre émulsifiant avec de l’éthanol. Ce serait également (en partie) un ester, mais l’alcool cétéarylique me semble-t-il n’en est pas un (alcool gras, comme l’alcool cétylique

    La jellylecithine est à préférer en co emuls pr ses propriétes conditionantes et stabilisatrice d’émulsion (+texture)

    Pour les hlb entre 1et 6 on obtient des emuls h/e et au dessus de 10 clairement e/h
    Ceci sans tenir compte de l’ionisation en fonction du ph, de l’influence des autres facteurs…

    Je lis vraiment tes tests avec bcp d’intérêt !🙂

    • Bonsoir Célimène,

      Oui, oui, rajoutes ton grain de sel partout sur mon blog pour m’aider, car contrairement à moi tu as appris la chimie à l’école.

      Tes explications sont d’une clarté renversante et je pense que si tous les professeurs de chimie appliquait ta manière d’expliquer on aimerait tous apprendre la chimie à l’école.

      Grâce à toi je comprends mieux le procédé d’estérification et ça c’est énorme comme cadeau que tu me fais.

      Oui, ce qui me fait penser à l’ester de sucre vient de la glycérine et non pas de lécithine.

      Dans l’avenir je vais également tester l’éthanol comme j’ai pu le lire sur ton blog.

      Oui, tu me confirmes ce que je pense sur l’emploi de la jellycéthine.

      Ci-dessous, je te mets l’extrait de ce lien : http://fr.wikipedia.org/wiki/Tensioactif

      « Si on obtient une HLB comprise entre 1 et 6, on a typiquement affaire à un tensioactif hydrophobe qui donnera préférentiellement des émulsions inverses (E/H). Pour une HLB supérieure à 10, il aura clairement un caractère hydrophile et donnera surtout des émulsions directes (H/E). »

      Je pense que tu as fait une erreur de frappe dans l’extrait de ton commentaire ci-dessous. Ai-je raison ?

      « Pour les hlb entre 1et 6 on obtient des emuls h/e et au dessus de 10 clairement e/h »

      J’apprécie énormément tes interventions qui m’apprennent énormément, car je pense qu’il est important de connaître un minimum de choses sur le rôle des ingrédients dans une préparation.

      C’est rigolo ! Ma nouvelle jellycéthine faite à froid pour répondre au message de Mlk, n’est plus jelly mais opaque et elle devient blanche en s’épaississant.

      Oui, je pense aussi que je n’ai rien eu à jeter quand j’ai fait la recette de jellycéthine de Caly, à cause de la température de mon bain marie qui a dû faire évaporer ce qui devait être jeté.

      Moi aussi je lis avec énormément d’intérêt ton blog ; d’ailleurs j’ai le lien de ton blog sur mon blog et également dans ma barre de favoris quand je me connecte sur un serveur.

      Gros bisous et merci beaucoup d’exister !

  5. Célimène dit :

    oups, désolée je me suis trompée en tapant et j’ai tout inversé ! lol
    Merci à toi !
    Bonne soirée 😉

  6. lolitarose dit :

    Toutes ces expériences sont passionnantes ! et moi qui n’ai encore jamais utilisé la lécithine (malgré les éloges de mlk sur cet émulsifiant), cela m’ouvre de nouvelles voies. Il va falloir que j’enregistre tout ça sur un cahier, que j’y cogite, que j’y revienne, qu’au passage je bombarde Célimène de questions…
    Bref, merci Colchique.

    • Lolitarose, oui, cogites bien et bombardes de questions Célimène, pour ensuite faire de merveilleuses crèmes avec la lécithine normale et transformée.

      Célimène a laissé de précieuses informations sur mon blog.

  7. mlk dit :

    Fait avec hv de soja bio, cire doré d’abeille bio et ve
    C’est génial, cela me donne une crème gélifiée qui tient très bien( au plus rapide, le test)
    et très fraiche, voire acqueuse malgré une phase grasse importante
    Célimène est vraiment la bonne fée aux neurones survoltés
    Je vois que dans la frénésie d’essayer, tu t’es mélangé les pinceaux! j’ai la même maladie de tester

  8. Célimène dit :

    ah c’est des choses qui arrivent ! Du coup tu as fais test lécithine plus test lanoline végétale😉
    Je ne connais pas la végétale, mais la lanoline blanchit quand on lui ajoute une phase aqueuse, puisqu’elle peut absorber environ 6X sa quantité en eau.
    En est-il de même pour son substitut végétal ?

    @ mlk, moi aussi j’ai très envie de voir ce que ça donne !😉

    • Coucou Célimène,

      Oui, grâce à mon erreur, après mes tests avec la lécithine viendront mes tests avec la lanoline végétale.

      Je trouve que la lanoline végétale est surtout intéressante pour le maquillage des lèvres comme par exemple les gloss.

      Je pense que la lanoline végétale ne doit pas pouvoir absorber la même quantité d’eau que la vraie lanoline car elle est beaucoup plus liquide.

      • Célimène dit :

        C’est très bien, on pourra comparer les esters de l’une et de l’autre (j’ai fait avec lanoline, ester éthanol et ester glycérol pr le moment)
        J’ai hâte de lire la suite😉

      • Célimène, c’est génial !

        Je suis certaine que tes essais vont être bien meilleurs que les miens, car la vraie lanoline est un ingrédient absolument merveilleux.

        Je trouve que la lanoline végétale c’est du pipi de chat à côté de la vraie lanoline.

        Moi aussi j’ai hâte de lire la suite sur ton blog.

  9. mlk dit :

    Coucou Colchique et Célimène
    Je me suis fait violence avec l’informatique
    Alors, photos de l’émulsifiant obtenu 30 hv de soja, 10 ve, 10 cire d’abeille, vinaigre et alcool
    Et photo de la crème en gros 65 eau 30 hv 5 émul maison
    DSCN0471.JPG

  10. mlk dit :

    Bon, si tu m’expliques comment laisser une photo sur un commentaire!

  11. Célimène dit :

    J’adore la lanoline, mais je pense que pour tous ceux qui veulent éviter les matières d’origine animale tes tests seront précieux
    d’autre, pour les autres, il n’est pas dit que l’estérification n’inverse pas la donne !
    D’ailleurs pour moi, tous les émulsifiants sont bons, en fonction de la recette ou du type de peau, chacun à ses avantages🙂

  12. mlk dit :

    Merci Colchique pour les liens
    Je pense aussi que tous les émulsifiants sont bons, nos peaux par contre ont leurs préférés et c’est en cela que la possibilité de faire soi même en brain storming multi
    têtes est passionnant et enrichissant

  13. venezia dit :

    Bon, je respire un bon coup et je reviens lire à tête reposée. merci Colchique pour ces essais et toutes les autres pour ces longs commentaires qui éclairent la démarche.

Les commentaires sont fermés.