Huiles estérifiées dans les cosmétiques

Il est important de savoir ce qu’est une huile estérifiée, de manière à bien l’utiliser pour faire nos produits cosmétiques.

Les huiles estérifiées ont leur intérêt dans les cosmétiques à condition de ne pas dépasser un certain pourcentage.

Personnellement, ce n’est pas la recherche du bio qui m’a donné envie de faire mes cosmétiques maison, mais la non information du dosage d’huiles estérifiées qu’il y a dans les produits cosmétiques vendus dans le commerce.

Sources : ConsoGlobe

Les huiles végétales estérifiées, sont des huiles qui lors de leur fabrication, ont été modifiées pour bénéficier d’une texture légère et crémeuse pour l’élaboration de produits cosmétiques naturels.

Les huiles estérifiées sont moins riches que les huiles végétales naturelles, mais toutefois, ce que le produit gagne en texture il le perd en terme de principes actifs. En effet, les huiles estérifiées sont composées d’huiles végétales qui ont été dissociées et dont l’acide gras obtenu est associé à de la glycérine ou d’autres alcools.

Ces huiles végétales remplacent petit à petit les huiles végétales authentiques en tant que matière première dans la fabrication de cosmétiques, car moins coûteuses. Leur qualité est souvent remise en question en raison de la perte de matières actives présentes naturellement dans les huiles végétales pures.

Les huiles estérifiées sont parfois présentes dans la cosmétique bio.

Distinguer une huile estérifiée d’une huile végétale

De plus en plus utilisées en tant que matière première principale dans les cosmétiques naturels, les huiles estérifiées sont vaguement ressemblantes aux véritables huiles végétales 100% naturelles. Elles sont agréables à utiliser sur la peau, mais elles sont différentes d’une huile végétale complète.

Les huiles végétales de qualité, sont essentiellement constituées d’acides gras et obtenues par pression ou extraction à froid sans modification chimique.

Les huiles estérifiées, bien qu’elles soient d’origine naturelle, sont une création de laboratoire dont la fabrication passe par la dissociation d’une huile végétale.

Les acides gras dissociés sont ensuite associés à de la glycérine ou à d’autres alcools, pour développer de nouvelles combinaisons ayant des propriétés différentes. De ce fait, la richesse des vertus des véritables huiles végétales disparait en grande majorité dans ces huiles estérifiées.

En dépit de leur « effet silicone » agréable, ces huiles se révèlent beaucoup plus pauvres en matières actives que les huiles végétales complètes.

Le BDIH allemand, préconise de ne pas dépasser dans une formule de cosmétique 10 % de substances estérifiées.

Apprenez  à lire les étiquettes des produits cosmétiques

Les huiles estérifiées incolores et inodores sont reconnaissables aux termes INCI suivants :

  • Caprylic Capric Triglyceride,
  • Coco Caprylate Caprate,
  • Oleyl Erucate,
  • Oleyl Linoleate,
  • Decyl Oleate.

A propos cosmeticshomemadecolchique

Passionnée des cosmétiques et des savons faits maison.
Cet article a été publié dans Ingrédients. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

16 commentaires pour Huiles estérifiées dans les cosmétiques

  1. cannella dit :

    Tu m’apprends quelque chose et je vais désormais faire davantage attention aux huiles ! Merci

  2. Mizou dit :

    c est un article passionnant Colchique! merci pour toutes les infos!

  3. Jazz dit :

    Merci pour toutes les infos claires et précises que tu donnes !

  4. sylvie dit :

    c est èdifiant! je comprends mieux pourquoi mes cremes sont vraiment diffèrentes de celles que j achetais,meme si elles ne sont pas parfaites elles me conviennent et j arriverai à avoir la texture que j aime !merci .bises

  5. lys blanc dit :

    Merci beaucoup colchique,c’est toujours très clair et interessant.

  6. clairette dit :

    merci Colchique, c’est super intéressant comme information!

  7. texia dit :

    Très interessant, Colchique, merci beaucoup.
    Bisous

  8. michele dit :

    Effectivement si elles permettent d’obtenir une certaine légèreté et une stabilité hors pair, elles ne remplacent évidemment pas les huiles complètes.
    Comme les médecines douces par rapport à la médecine conventionnelle, je les trouve complémentaires et non opposables.

    Et comme tu l’indiques, même le BDIH souvent cité comme label exigeant reconnait qu’à 10% maximum c’est acceptable (et 10% d’une formule d’émulsion qui contient 20-25% d’huiles végétales, c’est pas mal n’est-ce pas?)

    J’y ai souvent recours en ce qui concerne l’huile de coco fractionnée (Caprylic Capric Triglyceride) mais je l’utilise aussi pour extraire les actifs végétaux liposolubles, pour alléger les baumes et sérums huileux, pour faire des huiles corporelles légères, pour les peaux mixtes à grasses…

    Et dans les beurres corporels émulsionnés (comme ceux de The body shop), riches en corps gras, il me semble indispensable d’alléger le toucher avec un peu d’huiles estérifiées, ça change tout à mon avis.

    Je leur trouve pour ma part un intérêt en cosmétique maison mais à manier avec raison comme toujours.

    • Michele, oui, tu as raison. Les huiles estérifiées sont complémentaires et elles ont leur utilité.

      Personnellement, je trouve aussi que 10 % d’huiles estérifiées dans une formule c’est trop et personnellement, j’opterais pour 2 à 5 % maximum suivant les préparations.

      Merci beaucoup pour ton commentaire très riche en informations fortement intéressantes pour améliorer nos préparations.

Les commentaires sont fermés.