Huile d’amande douce saponifiée ou savon amygdalin

Ci-dessous, une recette que j’ai trouvé sur le blog de l’Herboriste.

http://l-herboriste.over-blog.fr/article-cold-cream-ordinaire-39396518.html

Cold cream ordinaire formulaire Cerbelaud 1920 :

48 grammes eau de rose

50 grammes huile d’amande douce

3 grammes blanc de baleine

3 grammes cire blanche

5 grammes savon amygdalin neutre

20 gouttes d’huiles essentielles

J’ai saponifié de l’huile d’amande douce pour pouvoir l’utiliser un jour comme émulsifiant, car je suis très curieuse de savoir ce qu’un tel savon peut donner dans une crème.

Recette :

100 % huile d’amande douce

lessive de soude pour un surgraissage à 3 %

Méthode ITHMP

La trace a mis presque deux heures avant d’apparaître.

 

A propos cosmeticshomemadecolchique

Passionnée des cosmétiques et des savons faits maison.
Cet article a été publié dans Ingrédients. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

18 commentaires pour Huile d’amande douce saponifiée ou savon amygdalin

  1. Marie-Neige dit :

    Tu as fouetté pendant heures ? Je n’ai jamais essayé la saponification à chaud. Bon le blanc de balaine est inutile tu le remplaceras par quoi ? et ce savon amygdalin je ne connais pas. Bisous.

    • Marie-Neige, je n’ai pas chronométré mon temps de fouettage. Il m’a semblé avoir fouetté pendant plus de 2 heures.

      Je n’ai pas mis cette recette pour qu’elle soit copiée. Cette recette date du siècle dernier et depuis on a fait de sérieux progrès dans les crèmes.

      Si tu tiens absolument à faire cette recette, tu peux remplacer le blanc de baleine par des cétyl esters.

      Bisous !

  2. Caly dit :

    J’attends ton avis sur ce savon dans une préparation 😉
    Selon le codex le savon amygdalien est préparé a froid. Le Codex prescrit, pour la préparation du savon médicinal, la formule suivante: soude liquide ou lessive des savonniers, 100 parties; huile d’amandes douces récente, 210 parties (Kapeler, Caventou, Manuel pharm. et drog).

    • Caly, j’ai tenu à faire mon savon à l’huile d’amande douce à chaud, car j’ai remarqué que le résultat final d’un savon fait à chaud ou à froid est le même une fois le temps de cure respecté. Le procédé à chaud me permet de réduire le temps de cure d’un savon ce que j’apprécie beaucoup.

      Je n’ai pas cherché à faire la recette du savon amygdalin du codex. J’ai voulu tout simplement faire un savon en choisissant l’huile d’amande douce comme corps gras et en mettant le dosage de soude conseillé par les calculateurs.

      Oui, je donnerai mon avis sur mon savon à l’huile d’amande douce utilisé comme coémulsifiant dans une crème cosmétique, car j’ai très envie de voir la différence de texture que j’obtiens par rapport au savon à la cire d’abeille.
      Ce qui m’intéresse c’est surtout voir la différence entre l’utilisation en guise de coémulsifiant d’une cire saponifiée et d’une huile d’amande saponifiée.

  3. mlk dit :

    Excellent Colchique
    Michèle a fait un savon amygdalin sur Potions et j’en ai quelques petits restes d’une blancheur immaculée, justement gardés comme futurs émulsifiants ou co, pour une crème spéciale petons.J’ai hâte de lire ton ressenti
    Hâte aussi que tu fasses le savon de jojoba, car c’est une cire très complexe aussi
    Je vais le faire aussi, mais je pense que tu seras plus rapide et que c’est dans le moove, chez toi ces temps çi
    Merci Colchique pour toutes ces cogitations bien fructueuses
    Chez l’herboriste, il y a aussi des cold cream bien plus « modernes » que celui ci
    on peut interpréter les formules de Mr Cerbelaud avec nos « atouts »
    Je trouve aussi que la lecture de ces grimoires nous permet une plus grande compréhension
    de ces nouveaux émulsifiants qui se couvrent de haute technologie, mais qui dans le fond
    résultent de tous ces savoirs, voire savons

  4. lolitarose dit :

    En lisant ton expérience, comme MLK j’ai repensé à ces petits savons amygdalins de Michèle, que j’ai conservés dans une petite boîte moi aussi sans oser y toucher tant ils étaient délicats ! mais là, tu as en effet déclenché une idée ! A mon avis il y a forcément une grosse différence entre savon d’amande pur (ou d’olive pur) et cire saponifiée car dans le 1er cas on obtient tout de même des savons, très doux et avec peu de mousse certes, mais des savons au sens hygiénique quand même, alors que la cire saponifiée donne une cire émulsifiante en raison de sa composition en esters et n’est pas du tout un savon avec lequel faire sa toilette !
    Mais je pense que ces savons 100%, très doux aident à obtenir une belle émulsion avec la cire d’abeille. J’ai fait une tentative avec un 100% olive et j’ai obtenu une belle crème, très douce et très stable et sans besoin de corriger le pH qui était naturellement à 5,5.
    Mais on peut également à mon avis le coupler à des émulsifiants plus conventionnels pour apporter un peu de glissant. Toutes les possibilités sont permises, YAPUKA…

    • Lolitarose, c’est vrai que les petits savons de Michele sont très jolis et comme je te comprends de vouloir conserver celui que tu as.

      Je pense aussi qu’il y a une grosse différence suivant le savon utilisé dans une crème, car suivant le corps gras utilisé ils ne se ressemblent pas du tout.

      Oui, le point intéressant pour tous ces savons, celui à la cire compris, c’est qu’ils permettent d’augmenter le pH, donc de rectifier sans ajout d’acide lactique le pH acide que donne les émulsifiants estérifiés faits maison.

      J’aurais tendance à penser qu’un bon pH dès le départ du fouettage d’une crème, va permettre une meilleure émulsion que de rectifier le pH à l’acide lactique une fois la préparation froide.

      Personnellement, j’ai remarqué que le savon à la cire d’abeille augmentait le pH de mes préparations comme un autre savon. Comme toi, j’ai remarqué qu’il était impossible de se laver avec un savon fait uniquement avec la cire d’abeille qui demande pour fondre une très forte température. J’ai également remarqué que le savon à la cire d’abeille fondait très bien dans la phase huileuse, alors que les autres savons fondaient dans la phase aqueuse.

      Mon ester de sucre, mon glycéryl stéarate et mon olivem 1000 maison, moussent également sans ajout de savon jusqu’à ce que l’émulsion de mes crèmes se forme.

      Oui, toutes les possibilités sont permises, donc surtout n’hésitons pas à tester des tas de combinaisons différentes pour voir lesquelles on préfère.

  5. Jazz dit :

    Tes expèriences sont toujours très intéressantes, Colchique !
    Merci de les partager avec nous 🙂

  6. Célimène dit :

    J’ai hâte de lire la recette que tu vas élaborer !

  7. venezia dit :

    Moi non plus, je n’ai jamais encore osé de servir des petits savons amygdalins réalisés par Michèle tant ils étaient jolis!! (ils sont même sur mon bureau, très encombré je dois avouer… ) je pense que je les entamerai pour les utiliser en émulsifiants, comme le projette aussi Mlk.

    Dans la cire d’abeille, il n’y a pas que des corps gras à proprement parler, et il n’y a qu’une moitié qui est saponifiable; voir ici par ex.: http://www.codina.net/ingredient_cire_codina.shtml

    ce qui signifie qu’après saponification, on n’obtient pas exactement un savon faisant plein de bulles… 

    Dans les essais de Kafée sur les saponifications huile par huile, il y a le jojoba. (en date du 28 octobre 2009 mais je n’arrive pas à afficher l’article!)

    j’attends la suite avec impatience

    • Venezia, oui, tu as raison pour la saponification de la cire d’abeille ; d’ailleurs on peut voir qu’elle demande très peu de soude pour la saponifier. C’est d’ailleurs le faible pourcentage de soude pour la saponifier, qui m’a donné encore plus envie de la tester comme coémulsifiant.

      Oui, la jojoba est également une huile que je veux saponifier pour la tester en coémulsifiant.

      Merci beaucoup pour le lien.

  8. venezia dit :

    Ça y est, j’ai retrouvé le lien vers le blog de Ka fée: (je regardais son premier blog, c’est pour ça que je n’y arrivais pas… )
    http://soapsession.com/blog/2009/10/28/savon-du-mois-doctobre-huile-de-jojoba/

    elle constate, ce qui ne m étonne pas puisque le jojoba est une cire:
    – que ça ne mousse pas du tout
    -et que ça laisse un effet gras.

    • Venezia, l’huile de jojoba qui est en réalité une cire, demande encore moins de soude pour la saponifier que la cire d’abeille, donc à mon avis, encore plus intéressante à utiliser comme coémulsifiant.

  9. mlk dit :

    Coucou les filles, il y a notre amie Jazz et savons qui a utilisé le jojoba saponifié pour une crème dont elle est très contente
    J’attends juste d’en racheter, car beaucoup de mes macérats sont sur jojoba
    Tiens! en l’écrivant(je peux bien saponifier un jojoba macéré)
    J’adore ces échanges très fructueux et partageurs
    Merci Colchique

Les commentaires sont fermés.