Savon liquide transparent à la potasse

J’ai voulu faire mon savon liquide après visualisation du lien ci-dessous que Yulaan (membre du blog Potions et Chaudron) sur le forum des Céphée Natur’elles m’a fait connaître.

http://www.youtube.com/watch?v=o6brP–yQpU

J’ai essayé de diluer comme sur la vidéo ma potasse dans de la glycérine chaude et je n’ai pas réussi a avoir une dilution parfaite. J’ai donc rajouté la même quantité de glycérine en eau pour obtenir une dilution parfaite.

J’aurais peut-être obtenu une dilution parfaite de la potasse qu’avec uniquement la glycérine si mon mélange avait était encore plus chaud (frémissant), mais je pense qu’il vaut mieux ne pas s’y risquer pour éviter les accidents et ne pas prendre le risque de se retrouver à l’hôpital.

Recette :

30 grammes de monoï fragrance fleur de tiaré

20 grammes d’huile de ricin

50 grammes d’huile de tournesol raffinée

Potasse diluée dans la même quantité de glycérine que d’eau préconisée par le calculateur Soap Calc pour un surgraissage à 3 %.

La trace a été longue à venir car j’ai fouetté à la main.

Ci-dessous, photo de la trace fine

Ci-dessous, photo de la trace épaisse

A la trace épaisse, j’ai enfourné ma préparation avec un couvercle 4 heures au four à 80°.

Ci-dessous, photo après passage au four

Après le temps de cuisson, j’ai rajouté dans ma préparation 100 grammes d’eau bouillante, j’ai remué pour diluer une bonne partie du savon, j’ai remis le couvercle et j’ai enfourné ma préparation dans le four éteint mais encore chaud.

Le lendemain, j’ai remué ma préparation froide jusqu’à dissolution totale de mon savon.  J’ai ensuite retiré très facilement la mousse qui s’était formée au-dessus pour laisser apparaître que le savon transparent.

La mousse que j’ai retiré très facilement ressemblait à de la meringue pas cuite.

Juste avant de verser mon savon liquide dans un flacon doseur, j’ai rajouté un conservateur pour conserver la phase aqueuse. Je n’ai pas rajouté de fragrance ou d’huiles essentielles dans mon savon, car l’odeur de fleur de tiaré du monoï a parfumé mon savon liquide.

Mon savon est transparent à mon avis grâce au choix des huiles ; je privilégie les huiles raffinées et avec un taux de saponification élevé pour essayer d’obtenir le savon le plus transparent possible.

Le monoï a coloré mon savon comme on peut le voir sur les photos et comme j’ai pu déjà le constater en faisant des savons avec cette huile. Cette coloration est peut-être dû à la macération des fleurs de tiaré dans le monoï.

Mon savon liquide a la couleur de l’ambre qui sert à faire des bijoux.

Mon savon liquide sent merveilleusement  bon la fleur de tiaré.

Je trouve que la glycérine, comme le sucre et l’alcool augmente la douceur, le pouvoir moussant et la rapidité de rinçabilité des savons.

Je remercie le forum des Céphée Natur’elles, car grâce à la lecture de leurs messages, je suis arrivée à faire un savon transparent qui me plaît beaucoup.

Ce savon liquide répond parfaitement à mes attentes, jusqu’au parfum des fleurs de tiaré qui est très présent.

C’est un savon que je trouve déjà doux alors qu’il n’a pas encore subi de cure de murissement.

Je suis très contente car jusqu’à présent, je n’avais jamais obtenu une mousse aussi abondante en utilisant un dosage minimum de produit pour me laver, sans avoir recours à des tensioactifs comme par exemple le SLSA.

Ce savon liquide me fait penser aux gels douche vendus dans le commerce.

Suite au commentaire de Lils, j’ai prélevé 30 grammes de mon savon liquide que j’ai dilué dans 3 % d’huile d’amande douce.

Le mélange était bien homogène et il ressemblait totalement à la partie du dessus qu’on voit sur la photo.

Le lendemain, ma préparation était déphasée comme on peut le voir sur la photo ci-dessous.

J’en conclu que si on tient à surgraisser un savon liquide il vaut mieux le faire au moment où on réalise son savon qu’après la saponification.

A mon avis, si on surgraisse un savon liquide on risque également d’avoir un savon beaucoup moins translucide.

Ci-dessous, photos prises aujourd’hui le 23 février 2012 de mon savon liquide qui a toujours la même apparence. Sur la photo on voir le petit spaghetti mou qui se forme lorsque je ne me sers pas de mon savon liquide souvent.

 

A propos cosmeticshomemadecolchique

Passionnée des cosmétiques et des savons faits maison.
Cet article a été publié dans Savons. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

40 commentaires pour Savon liquide transparent à la potasse

  1. coco dit :

    tu me donne encore plus envie de tester la potasse, la texture à l’air parfaite
    bravo

  2. Catherine dit :

    Il est effectivement bien tranparent et la couleur ambrée est très jolie. Bravo !
    Est-ce qu’il est très liquide ? as-tu essayé d’ajouter un peu de sel pour le gélifier ?
    Merci de partager, cela me donne envie de me remettre au savon liquide, abandonné depuis bien longtemps.

    • Catherine, on ne le voit pas sur les photos, mais mon savon est gélifié.

      Mon savon est sous forme de gel fluide et il suffit de mettre un peu moins d’eau si on désire un gel plus ferme.

      Le sel est inutile et je pense qu’il peut faire déphaser le savon liquide dans le temps.

      Le sel est utilisé en savonnerie pour obtenir un savon pur sans glycérine et également éliminer l’excès de potasse dans les savons sousgraissés.

      Je suis très contente si ma recette t’a donné envie de te remettre aux savons liquides.

  3. Catherine dit :

    Merci Colchique pour ces précisions.
    Il est clair, il a une jolie couleur et en plus il est gélifié… je crois que je ne vais pas prendre de risques et que je vais reproduire exactement ta formule pour ma phase de réconciliation….

    • Catherine, après la phase terminale de dilution il est important de laisser reposer ta préparation, pour que toute la mousse remonte à la surface avant de l’enlever. J’ai laissé reposer mon savon une journée entière avant de retirer la mousse meringuée.

      Tu te rendras compte que toute la mousse et les insaponifiables sont à la surface du savon, car tu vas te retrouver avec le savon liquide transparent en dessous et la mousse épaisse meringuée sur le dessus. Ton mélange doit ressembler à un verre de bière avec une épaisse mousse sur le dessus avant écrémage.

      Après la mise en flacon, ton savon va dans les jours qui vont suivre prendre une texture plus gélifiée.

  4. Catherine dit :

    Merci Colchique… j’espère avoir bientôt le temps de m’y mettre.

  5. cannella dit :

    Il est superbe sauf qu’ici pas facile de trouver de la potasse !
    bisoussss

  6. michele dit :

    Alors le secret est dans la glycérine et la cuisson.
    C’est une réelle trouvaille car je suis aussi une déçue du savon liquide à la potasse alors que j’adore le savon noir du hammam.

    Si Yulaan se décide (hum…) à faire le défi, je risque d’en être du coup, vous nosu avez drôlement facilité le travail.
    Merci Colchique et les Céphées bavards…

    • Michele, je suis en train de faire un autre essai pour voir si la transparence est due à la glycérine.

      Pour l’instant, mon dernier essai de savon à la potasse est en train de cuire au four sans glycérine et je m’aperçois qu’il commence à devenir translucide. Je veux rajouter dans ce dernier savon la glycérine après la saponification, pour qu’il soit plus doux et qu’il mousse suffisamment.

      Pour ce dernier savon, je ne suis pas en train de faire un savon liquide mais un savon noir à ma façon, qui ne sera pas noir et que j’espère moussant pour pouvoir l’éliminer facilement sous l’eau.

      Sur le forum des Céphée Natur’elles, certaines personnes ont réussi à faire des savons transparents sans glycérine.

      Apparemment, contrairement à la soude, la potasse donne des savons translucides.

      Michele, oui, je suis certaine que Yulaan va nous proposer un très beau défi sur le blog Potions et Chaudron, dès qu’il aura toutes les billes en main pour faire un article bien complet comme il sait parfaitement le faire.

      Sans le forum des Céphée Natur’elles, je n’aurais pas pu obtenir ce savon et j’ai drôlement bien fait de m’inscrire sur ce forum.

  7. BaBoutine dit :

    j’ai bien envie d’essayer la potasse.. mais je n’y connais rien dans le procédé..
    est ce le même que pour un savon dur?
    je ne sais pas ou trouver des bon tutos pour faire les savons liquides
    en tout cas il est très beau..
    pleins de bisous

    • BaBoutine, si tu as déjà fait des savons avec la soude, il suffit de cocher la case KOH (potasse) à la place de la case NaOH (soude).

      Avec la potasse on obtient des savons mous alors qu’avec la soude on obtient des savons durs.

      J’ai mis quelques liens dans mes articles concernant les savons à la potasse, mais tu peux trouver d’autres informations sur le forum que je cite dans mon article.

      Bisous !

      • BaBoutine dit :

        ok merci colchique..
        je pensais qu’il y avait un certain temps de cure pour la potasse et l’eau.. et comme chaque blogueuse a une sa façon de faire.. on se retrouve vite perdu.. je vais regarder tes infos merci beaucoup
        bisous

      • BaBoutine, oui, il y a un temps de cure pour la potasse comme pour la soude.

        Si on fait son savon à froid, le temps de cure n’est pas le même que si on fait son savon à chaud.

        La saponification de mon savon est terminée car je l’ai cuit au four. Mon savon a juste besoin de vieillir un peu pour améliorer ses qualités.

        Bisous !

  8. Célimène dit :

    Superbe article encore une fois 😉
    Et très beau savon !
    « Je trouve que la glycérine, comme le sucre et l’alcool augmente la douceur, le pouvoir moussant et la rapidité de rinçabilité des savons » …. Là encore, comme je te le disais ailleurs, je trouve que pour la douceur, c’est vrai à un certain dosage mais c’est le contraire au delà…
    C’est comme pour les savons transparents à la soude, je trouve qu’ils moussent moins au contraire mais on une mousse duveteuse

    Pr la transparence, il n’y a pas de doute, la glycérine ajoutée ou le sous graissage ne sont pas du tt indispensables, même s’ils peuvent y contribuer

    • Célimène, oui, je suis d’accord avec toi sur le bon dosage de glycérine à trouver dans un savon et personnellement, le dosage de glycérine de ce savon me convient parfaitement.

      Avec moins de glycérine comme dans ma recette du lien ci-dessous j’obtiens un savon qui mousse moins et qui est moins doux.

      https://cosmeticshomemadecolchique.wordpress.com/2011/10/22/savon-liquide-a-la-potasse/

      Avec plus de glycérine, j’obtiens un savon qui colle, qui mousse moins, qui demande beaucoup plus d’eau pour être rincé, mais qui reste tout de même un savon doux pour ma peau.

      J’ai remarqué que mes savons transparents solides ou liquides, à la soude où à la potasse, ne sont pas des savons crémeux, mais des savons qui fournissent immédiatement des grosses bulles.

      Je pense que le choix des corps gras est également très important en fonction des caractéristiques qu’on recherche dans un savon.

  9. venezia dit :

    Colchique, en te lisant, je me dis que je vais -peut être- tenter la potasse, alors qu’à priori, ça ne me tente pas. Mais je trouve ce savon vraiment très joli!

    crois tu qu’on pourrait en faire un shampoing? Mais les ajouts pour shampoing ne risquent-ils de dénaturer le résultat final?
    En tout cas, quelle belle réussite

    … et merci d’avoir posté sur cet article le lien si intéressant donné par Yulaan

    • Venezia, je pense que si je devais me laver les cheveux avec un savon c’est celui-là que je choisirais, car il produit beaucoup de mousse et qu’il se rince très vite.

      Par contre, comme tout savon, son pH n’est pas adapté aux cheveux.

      Oui, je pense que les ajouts éventuels qu’on pourrait faire dans ce savon dénatureraient le résultat final.

  10. Lils dit :

    Je suis comme Venezia : la potasse ne m’a jamais intéressée mais là j’avoue que ……
    Une seule question m’interpelle, il n’est pas possible d’avoir le même type de savon avec un surgraissage plus important ? Je fais partie de ces accrocs au surgraissage à 8-10 en savonnerie à la soude, alors j’avoue que l’idée d’un savon surgraissé à 3 ne me botte pas de prime abord. J’ai eu l’occasion de réaliser un savon transparent à la soude (peu surgraissé + alcool) et j’avoue que j’ai été bien déçue par son pouvoir asséchant (qui ne m’a d’ailleurs pas vraiment surprise).

    • Lils, je me pose la même question que toi au sujet du surgraissage plus important, surtout lorsque je vois la mousse abondante que produit mon savon liquide.

      Moi aussi j’ai eu l’occasion de faire des savons transparents à la soude, mais il ne m’avaient pas donné une mousse aussi abondante que celui-ci. Au niveau douceur, je préfère également ce savon liquide à mes savons transparents à la soude.

      Je pense qu’on peut mieux doser le taux de glycérine pour avoir un savon qui nous plaise à l’utilisation, dans un savon liquide à la potasse plutôt que dans un savon solide à la soude.

      La potasse apporte à elle seule de la transparence à un savon contrairement à la soude, ce qui permet de juste arriver à trouver le bon dosage de glycérine à mettre, alors que pour les savons à la soude, il va falloir doser fortement les ingrédients qui permettent la transparence.

    • Lils, j’ai prélevé un peu de mon savon transparent et j’ai rajouté 10 % d’huile d’amande douce. Le mélange a blanchi et il est devenu opaque. La couleur de mon savon liquide après rajout des 10 % d’huile d’amande est beige. Le savon s’est comporté comme un émulsifiant lorsque je l’ai mélangé aux 10 % d’huile d’amande douce.

      A l’utilisation le savon est toujours moussant mais un peu moins et il se rince moins vite.

      Personnellement, à l’utilisation, je préfère mon savon sans rajout des 10 % d’huile d’amande douce pour le surgraissage.

      Demain je rajouterai dans mon article la photo du savon que j’ai obtenu après rajout des 10 % d’huile d’amande douce.

  11. Irène dit :

    Wouah ! Merci à toi Colchique et à tous ceux des Céphées.

    C’est très intéressant, passionnant même.

    Je n’ai plus vraiment beaucoup de temps maintenant avec les travaux de peinture pour la fin de l’année mais je suis cette aventure …

  12. Marie-Neige dit :

    Tu peux être fière, il est merveilleux. Félicitations. Bisous.

  13. wistiti dit :

    vous avez fait du bon boulot
    il faudra que j’essaie avec la glycérine, comme beaucoup je n’ai pas été entièrement satisfaite de mes précédents essais
    bises et merci pour le travail accompli

  14. Célimène dit :

    « J’en conclu que si on tient à surgraisser un savon liquide il vaut mieux le faire au moment où on réalise son savon qu’après la saponification.
    A mon avis, si on surgraisse un savon liquide on risque également d’avoir un savon beaucoup moins translucide. »

    Le surgraissage n’empêche pas forcément la transparence, sans glycérine, j’obtiens des savons transparents surgraissés à 10% (mais c’est encore le choix des huiles qui est primordial)…
    alors en ajoutant de la glycérine (ou de l’éthanol), et tjs en faisant le bon choix d’huiles, on peut sûrement monter au delà

    Le surgraissage peut également être fait après la saponification… et j’obtiens également des savons transparents (pr exp celui que tu as pu voir, surgraissé à l’huile de rose musquée).

    • Célimène, je suis d’accord avec toi sur l’importance du choix des huiles pour obtenir des savons transparents.

      J’ai refait un essai de surgraissage à 10 % avec de l’huile de ricin et j’ai obtenu une préparation aussi blanche qu’avec mon premier essai avec un surgraissage à 10 % d’huile d’amande douce dont je fais mention dans le commentaire adressé à Lils.

      Pour moi c’est clair que l’ajout d’une huile dans un savon transparent prêt à être utilisé, donc saponifié, donne au savon liquide l’apparence d’un lait.

      A l’utilisation, mes essais avec un surgraissage à 10 % me donnent des savons que j’apprécie moins que mon savon liquide transparent, car j’obtiens moins de mousse et que le rinçage est plus long.

  15. Catherine dit :

    Coucou Colchique,

    J’ai donc fait ta recette avant hier mais je n’ai pas obtenu un savon transparent, il est trouble. Je pense qu’après 2 jours de décantation, le résultat ne changera plus. Pour info, j’ai mis à la place de l’huile de tournesol que tu as utilisée de l’huile de pépin de raisin, c’est peut-être la raison, je ne sais pas… il n’est pas perdu, il ira dans un flacon pompe sur le lavabo de mon cabinet de toilette et il sent bon.

    • Coucou Catherine,

      L’huile de pépin de raisin a pratiquement le même indice de saponification que l’huile de tournesol, donc je pense qu’elle n’est peut-être pas la cause du manque de transparence dans ton savon. J’ai mis de l’huile de tournesol raffinée. Est ce que ton huile de pépin de raisin est raffinée ?

      Est ce que tu as obtenu la mousse meringuée dont je parle dans mon article après dissolution complète de ton savon ? C’est lorsque j’ai eu cette mousse meringuée que j’ai pu constater que dessous le savon était transparent.

      Est ce que tu as fait cuire ton savon et si oui suffisamment longtemps pour terminer la saponification ?

      Oui, si tu n’obtiens pas la transparence voulue, tu auras tout de même un savon intéressant.

  16. Catherine dit :

    Oui c’est une huile raffinée. J’ai procédé exactement comme toi, temps de cuisson, etc. Sauf que le lendemain, mon savon n’était pas totalement dissout, que je n’ai pas obtenu la mousse dont du parles ; en désespoir de cause, j’ai donné un coup de mixer, obtenu un mélange tout blanc bien sûr, ai laissé décanter ; j’ai obtenu très très peu de mousse blanche meringuée et le savon est toujours trouble.

  17. Yulaan dit :

    Il est sublime Colchique ! Une superbe transparence et une couleur ambrée très chaude qui me fait vraiment vibrer (qui a dit que j’étais siphonné ?)
    J’adore les savons glycérinés pour les savons liquides ; en revanche, je préfère de loin les savons sans glycérine ajoutée pour le savon noir car la glycérine a tendance à rendre la pâte non diluée assez voire très élastique.

    trouves-tu tes savons liquides très surgras (tu parles de 10% dans les commentaires) plus doux que ceux moins surgras ?

    Je suis également d’accord avec tes conclusion sur la mousse et la douceur qui sont liées au taux de glycérine dans le savon.

    • Yulaan, j’avoue qu’à moi aussi il me plaît beaucoup mon savon liquide transparent.

      Je partage ton avis pour la glycérine qui rend les savons non dilués élastiques.

      Le surgraissage à 10 % d’une petite partie de mon savon liquide ne me donne pas un savon plus doux ; par contre ce surgraissage me donne un savon biphasé car mon savon n’est pas sous forme de crème ou de pâte.

      J’ai également remarqué que surgraissage + glycérine donne un savon opaque ; en fait, j’ai remarqué qu’il se passait le même phénomène que lorsqu’on mélange la phase aqueuse et la phase huileuse dans une crème cosmétique.

  18. sylvie dit :

    j ai essaye et reussi en partie,le savon est bien mais pas trasparent ,le surgraissage etait de 5%! j ai aussi pris de l huile de noyaux d abricots et ricin,quand j ai mis ma pate à savon au four elle est devenue blanchatre et en pate:je l ai sorti et mis sur le feu au bout d un moment elle est redevenue normale ,puis translucide ,je l ai diluee avec de l eau bouillante ,mais elle est opaque ,elle lave tres bien,mousse ,bien epaisse ,et j ai eu comme toi une sorte de meringue blanche que j ai enleve avec precaution.je vai essaye à nouveau en prenant une autre huile que l abricot.
    merci pour tout .bon dimanche.

Les commentaires sont fermés.